• 18073 visits
  • 184 articles
  • 3547 hearts
  • 855 comments

INTERROGATION 14/05/2017


 
 
L'interrogation est pour moi comme le repassage, j'évite de me mettre à table !
 
Un vrai boulot à la pièce, lorsque je me retrouve devant la pile, j'en pers la face.
 
J'ai tellement d'interrogation sous la semelle, qu'elles me tiennent comme fil à la pâte, mouillent mon maillot.
 
Je n'ai pas de répondant, aucun savoir fer pour les questions, alors vous pouvez toujours repasser !
 
Et je ne fais pas la manche à la questionite, je laisse ça à la petite Jeannette, mais n'allez pas imaginer qu'elle est de Jersey, quand elle me questionne, pas de calée,  c'est pour me dire "por que te vas ?"
 
Je n'ai vraiment pas l'art et la matière à poser des questions, trop peur de froisser.
 
Les interrogations d'où qu'elles viennent, finalement, je les jette au panier avant qu'elles ne me filent des vapeurs..
 
Alors je préfère me taire, j'évite les faux pas, à moins que ce ne soit les faux plis ? 
 
Il en est fini avant même avoir commencer de cette interrogation décrite, quand aux questions me direz vous, et bien je les laisse sans plus de considération, laver leur linge sale, et oui ça me lessive !.
 
Non vraiment je ne faisais que passer, et ne comptez pas sur mot pour repasser, même le fil de mes idées, quoi que;;;; !!
 
 
 
 

 
 
 

AILLEURS 13/05/2017

 
 
Ailleurs, voilà  mon ayant droit, (plus qu'un endroit) magnifique, une source inépuisable, de sensations, de beautés, de désirs à l'infini !

C'est la tête avec mon Ailleurs que je voyage, survolant ses rivages, ses courbures aux reliefs imparfaits,
 
Quand je ferme les yeux, c'est sa mer si bleue qui m'apparaît en premier lieu.
Comme son regard doux, chaud et immense  à aucun autre regard pareil ou je rêve de me noyer après y avoir baigné., et de ses vagues imaginées, je me fais embrun, gouttes de plaisir, pour mieux m'y mêler.
 
Puis mes pieds me portent, légère, sur le haut de la falaise pour m'y faire sécher, aux rayon de son soleil, l réconfortant.
Comme mes doigts glisseraient le long de l'arête de son nez, pouvoir tomber de haut sans me faire mal, atterrir sereine, sur sa bouche entrouverte et m'y engouffrer doucement.
 
En visiter les moindres recoins, étourdie et émoustillée, une grotte de Lascaux aux dessins qui en disent long sur l'avenir de mon périple imaginaire, imaginé.
Comme nos deux langues mélées sur un temps parallèle, ni présent, ni passé, et si loin de toutes réalités.
 
Alors je me laisse emporter, sur une descente vertigineuse, qui me dépose dans une crique odorante et accueillante.
Comme le creux de son cou, ou son odeur et si diffuse que nul parfum ne peut être plus doux, une plage toute personnelle, ou je suis la seule à vaquer, m'y sentir à mon aise, mon nez contre sa peau adorée.
 
Mais voilà que mon voyage se poursuit, une forêt, telle l'Amazonie, s'offre à moi, là est le coeur de mon excusion..
Comme ma bouche, ma langue qui fouilleraient curieuses,  entre les poils virils de son torse large et empli de désirs.
Et ce "boum boum" qui bat qui bat, qui bat pour lui, qui bat pour moi, résonne à mon oreille comme un délicieux écho, qui, de son coeur à mon coeur .ricoche et rebondit sans un mot. 
 
Mon voyage n'est pas encore à son apogée, du ventre de cette terre, tout au sud, ce cache un mystère, dont je me garderai l'exclusivité de la découverte.
Mon Ailleurs a, voyez vous,  une certaine pudeur, que mes mots ne veulent décrire, tout paysage a ses secrets enfouis,
Mon Ailleurs m'a permis d'y creuser, alors, je dois vous laisser, restant seule à présent avec lui et son trésor, restant seule avec lui, et nos deux coeurs et nos deux corps.
 
 
 

Tags : AILLEURS

PORTE 08/05/2017

Elle est là, devant moi, et pour être à l'unisson avec elle, je la regarde les yeux mi-clos.

Une porte entrouverte, c'est si joli à regarder, en s'approchant de plus près, on peut y voir tout son passé, trace de doigts qui l'ont salie, veinures de son bois qui se sont creusées au fil des années, et au bord de ses charnières, là, une rayure profonde d'un tournevis qui a dérapé, autant de défauts qui lui confèrent une personnalité, son vécu et sa beauté., .

Une porte entrouverte, c'est mystèrieux aussi, de son aura ne filtre qu'une lumière douce et tamisée, zen et reposante, vers laquelle on ne peut qu' être attiré, mi-rayon de soleil dont la lumière est éblouissante ou mi-brouillard, comme au travers d'une fumée de cigarette, qui ne laisse qu'apercevoir ce que la porte veut nous donner. tant de nuances dans ses lueurs qui lui accordent mille secrets.

Une porte entrouverte c'est solide, c'est qu'elle en a vu du monde passer, et repasser, elle en a acquit une certaine maturité, bien au delà de sa carrure, bien au delà de sa hauteur, elle sait faire la part des choses, elle est frontière de deux mondes d'un côté salon où l'on peut jouer de tout, de rien, et de l'autre un bureau où, je vous l'accorde des tas de papiers sont éparpillés, mais où le sérieux règne avec maîtrise..

Une porte entrouverte c'est fragile aussi, son petit bouton de porte, rond et lisse, sous lequel le doigt glisse, et ses taches du passé tellement ancrées, encrées qu'elles ne peuvent se détacher ils lui font l'effet de tares, mais il n'en est rien, ce sont juste le reflet de sa singuliarité, sa signature.
La fragilité d'une porte entrouverte réside dans sa pudeur, cette ouverture qu'elle ne peut pas complètement dévoiler.

Une porte entrouverte, ça dénote, car aucun son n'a son pareil, quelques bruits sourds arrivent de derrière, si lointains qu'il faut parfois s'en approprier le sens, et parfois si clairs que juste en les écoutant, on s'en laisse bercer, la encore la porte ouverte fait preuve de diversité.

Et moi dans tout ça, moi je suis là, je n'ose pas toucher la poignée, non, en fait je ne veux pas la déranger, j'aime sa semi ouverture, vraiment, non, ne pas toucher sa poignée, ne pas la pousser, ne pas la brusquer, je sais que je ne la ferai jamais sortir de ses gonds, elle restera là, à sa place, au centre de mon cocon, comme le coeur de mon appartement, de ma porte entrouverte il ne manque que deux yeux bleus, pour que j'en sois amoureuse, et d'une bise, vent léger, c'est moi finalement qui me suis ouverte, en passant devant, juste l'espace d'un instant, m'infiltrant discrètement dans cet espace, entre le sien de "battant" et ce mur m'appartenant,

.

Tags : porte

PARTAGE 06/05/2017


..
 
Le partage, voilà une notion qui me plait, car elle se moque des mathématiques

Un exemple, lorsqu'il s'agit de partager sa vie avec sa.. moitié, à 2 on ne fait plus qu'1, et pourtant loin d'en diviser leur amour, ce partage multipliera ses chances de le voir se développer..
 
Si un dictateur règne sans partage, il "décîme, mal" et pourtant ce mal reste entier.
Diviser pour mieux régner  laisse un nombre incalculable de personnes dans la détresse, à cela pas de virgule, juste il faudrait y mettre un point final.
 
Le partage n'a pas de prix, mais s'y soustraire ne fait qu'augmenter le risque d'en payer l'addition.
Le manque d'altruisme peut se retourner contre nous un jour et nous coûter chers, et là je parle de nos relations.,  
 
Dans le partage, il n'y a pas à se poser de question, pas d'équation à une inconnue, on a toujours à donner vers un ami qui tend la main, même si c'est un ami de loin,
Le partage est souvent vecteur d'émotions, c'est sur, c'est un de ces dénominateurs communs..
 
Si de mon point de vue, vos avis sont divisés, débattons en, nos partages divergeants ne feront que décupler nos idées.
 
Oui vraiment le partage est une notion qui me plaît car elle se donne sans compter, et loin de devoir être calculée, elle fait un pied donné, à moins que ce ne soit un pied de nez à la logique mathématique de notre société dont les chiffres se font trop souvent en euros transformés.  

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Tags : partage

Vivre 29/04/2017

 

 

Vivre c'est marcher sur la route sans jamais s'arrêter,
Suivre son tracé, et parfois s' en détourner....
Des milliards d'humains sur terre, et pas un a le même sentier,
Parfois parcours du combattant, parfois chemin de roses parsemées
La vie reste un mystère, on ne sait jamais de quoi demain sera fait !

 

Vivre est avant tout un partage, lorsque les routes se croisent
Avancer l'espace d'un instant, ou de mois, ou d' années....
en compagnie de personnes au hasard rencontrées
Contrairement à la famille, les choisir, se les accaparer
La vie se partage alors, on appelle ça l'amitié !

 

Vivre c'est l'espoir aussi qui le fait, là, c'est le coeur qui a parlé
Ce coeur qui ne demande qu'à battre pour un être à aimer
Autant vous dire, que ça devient bien plus compliqué
Le coeur à ses raisons que la raison va ignorer
La vie peut nous offrir l'amour mais il faut une réciprocité, c'est pas gagné !

 

Vivre, et au detour d'un grand virage, la vie à son tour, donner
On se retrouve  d'un coup avec dans les bras, un nouveau né
Alors que l'on pensait avoir tout vu, tout réalisé
Se rendre compte, qu'avec ce magnifique cadeau qu'elle nous fait
Notre vie, s'en trouve toute bouleversée, c'est magique et quel pied !

 

Vivre, respirer, s'inspirer, manger, boire, travailler, aimer, partager, rire ou pleurer,.
Autant d'actions, de ressentis, que nous sommes chacun libres de nous procurer.
La vie est belle, il suffit d'avoir le sourire pour s'en apercevoir
L'optimisme chasse les moments de cafard
et ne conserve que le meilleur de notre histoire !

 

Vivre, chacun le conçoit différemment, suivant sa route...et son tempérament
Quoi qu'il en soit, notre vie a le mérite d'exister, de laisser à chacun ses possibilités
Des milliards d'humains sur terre, et pas deux vies pareilles créées
Alors chiche, aujourd'hui, vous allez faire quelque chose d'exceptionnel....
Puisque vous prolongerez d'un jour ou tout vous est permis, l'avancement de votre vie !
 
.

...

Tags : VIVRE

Sensualité 20/08/2016

 
 
 
 
La toute première fois que tu as retenu mon attention, c'était au printemps.....tu étais comme une jeune  fille....en fleur, blanche, immaculée, tu gesticulais sous le vent léger, tes effluves volant dans l'air matinal, déjà  ton  odeur subtile titilla mes papilles, Ton aspect si fragile retenant mon envie de te toucher vraiment,....
 
 Quelques jours plus tard, tu avais disparu, un peu dépitée, il m'a fallu attendre des semaines avant de te  revoir, de la fleur délicate plus rien ne persistait...
 
 Chaque matin je te croisais sur mon chemin, le soleil estival te transformait de jour en jour, ton corps chétif  prenait de l'ampleur, ta peau se teintait de mille nuances, rubis, carmin, bordeaux... ton parfum de plus en plus  persistant me suivait, m'enivrant encore des dizaines de pas après t'avoir frôlé.
 
Toi, de ton air haut perché, tu ne percevais pas l'effet que tu produisais sur moi, et, je crois que cela ne faisait qu'attiser un peu plus ma sensualité, l'attente de ton bon-vouloir, ton air distant mais paradoxalement abordable.... je te voulais, mais j'attendais le bon moment..... 
 
Et puis enfin, là, aujourd'hui, je n'en crois pas mes yeux, tu es là, ta chair offerte et colorée par le soleil, ton parfum exaltant et fruité à souhait, même une douce bise me souffle que le jour est arrivé,  n' y tenant plus, et, avec moins de délicatesse que je ne l'aurais souhaitée, par la queue, je te cueille, caressant l'espace d'un instant ta peau douce et lisse, je te plonge dans ma bouche, te croquant à pleines dents et savourant ton jus sucré.
 
Comme quoi, même les plus petites choses peuvent exacerber nos sens, comme une jolie cerise sur une branche à portée de mains, dont il ne reste à présent qu'un noyau abandonné  !! 
 
 

Tags : sensualité

Séduction 23/08/2015


 
 
Quel beau jeu que celui là, jeu de jambes en talons aiguilles ou pas.....jeu de mots.....sous....entendus ou pas.....la séduction ....préliminaire des préliminaires.....
 
Quel joli moment que celui là, dans un séduction entre 2 êtres complices, un moment que l'on aimerait prolonger.....et, en même temps écourter quand Mademoiselle Libido se présente dans le tête à tête....
 
La séduction, l'art et la manière de se dévoiler sans se mettre à nu, se découvrir et, paradoxalement avoir de plus en plus chaud....juste en se déshabillant d'un regard....
 
Dans la séduction bien souvent se sont les petits instants de silence qui en disent long......et l'imagination prend toute sa place dans la réalité......
 
Alors on fait durer ce moment, parfois quelques heures, même quelques jours.....on laisse notre imagination nous porter vers un délice platonique.....ou plutôt plat tonique......au menu des pensées pleines de promesses, de désir, d'envie, un plaisir pour les papilles.....se pinçant les lèvres pour retenir un soupir.....
 
La séduction, un jeu qui n'est pas une étape de conquéte pour les grands séducteurs, quoi de plus noble et rare....aussi que de reconquérir par ce jeu délicieux son ou sa partenaire à chacune de leurs retrouvailles.....
 
.....et chaque fois.....laisser aller son imagination.....jusqu'au chemin de la réalité......
 
 
 
 

Tags : seduction

Le désir 21/08/2015

 
 

 
 
Histoire de faire mon instruite, pour....introduire  cette pensée, je citerai Platon :
"on ne désire que ce dont on manque".


S'il y a un sentiment propre à l'humain, c'est bien celui là, l'homme est toujours désireux, toujours en état de manque, et je ne parle pas que du côté sentimental, je ne connais personne qui se contente de ce qu'il a, nous en voulons toujours plus, que se soit une paire de baskets dernier cri.....ou une personne lors d' une rencontre hasardeuse.....le désir nous motive, nous étouffe aussi parfois, mais il est omniprésent dans notre vie.
 
Le désir, la plupart du temps, est la conséquence d'un état de manque purement imaginaire.....l'objet du désir n'est en fait qu'un but, une envie purement cérébrale, le désir fait cogiter nos neurones, travailler notre imagination...c'est plus souvent un défi que l'on se lance, une auto-motivation a réussir à obtenir ce que l'on veut.....mais l'objet en question .....bien souvent nous apporte peu une fois en notre possession
 
Mais quoi de plus excitant que le désir ? se dire : " je mettrai le temps qu'il faudra mais je l'aurai ", et, pendant cette attente imaginer......et bien souvent idéaliser le moment où, enfin, nous arrivons à nos fins, nous l'avons .....cet homme, cette femme, ce voyage en Thaîlande dont on a rêvé.....mais est il toujours a la hauteur de ce que l'on a imaginé ......? A vrai dire peu importe, le désir devient réalité, nous y sommes arrivés et, tout ce temps nous a permis de vivre avec ce but ultime !
 
Toutefois, il faut bien faire la nuance entre le désir et désirer, si le désir est la plupart du temps sexuel,on peut désirer tout et n'importe quoi.....désirer faire un break, reprendre un dessert, le dernier téléphone à la pointe de la technologie.
 
Le désir lui est beaucoup plus charnel......et bien plus frustrant.....s'il n'est pas partagé ...! lol !
Quoi de plus troublant, voir torturant pour notre esprit que de désirer une personne, la côtoyer et ne pas assouvir son désir d'elle ?
 
Heureusement, le désir est souvent réciproque, mais ne vous y trompez pas, il s'agit juste de combler un état de manque car bien souvent, "faire l'amour" n'est pas une expression à prendre au.....pied de la lettre.....!!
 
Bon, je vais arrêter là mon essai philosop'hic mais par une touche positive, le désir .....rhaaa c'est tout simplement un très très joli sentiment, éphémère bien souvent, oui mais véritable,  et très fort......un sentiment qui peut pousser les plus timides d'entre nous à se dépasser et se laisser pousser des elles.....euh des ailes !!
 

Tags : désir

L'anorexie 09/08/2015


 
 
Anorexie, ce mot sonne, résonne comme le nom d'un pays.
  
Ses côtes escarpées forment comme un rempart,
Ouvert à tous les vents, mais pas le fruit du hasard...

Ses vagues à lame se remplissent, puis se vident,
L'amer se retire, de ses gorges, un doigt les guide.....
 
Ces habitants marchent d'un pas léger, mais ne vous y fiez pas, 
Leur coeur est lourd, leurs pensées dures à digérer.

Ici le poids d'une vie ne vaut pas lourd sur la balance,
Ils en pèsent leurs maux, quoi que l'étranger en pense...
 
L'anorexie, comme sous l'effet d'une bombe atomique,
Etre irradié puis décharné, cauchemar ou rêve, chimérique.
 
Un état où on lutte contre la faim, mais pas contre la fin,
Anorexique, une fatale idée, pas une fatalité, change ton destin !
 
A force de te creuser, tu as forgé un fossé te séparant du monde,
Te remplissant d'un grand vide à des kilomètres à la....ronde.
 
De ton terrain glissant, il est dur de revenir,
Les touristes peuvent y découvrir le pire.
 
Anorexie aurait pu être un beau pays, c'eut été un nom bien joli,
Mais voilà, malheureusement c'est une douloureuse maladie;;;!

 

Tags : Anorexie

Le Syndicat 08/08/2015

Le syndicat, d'initiative, je vais me le faire en touriste, et le mettre à la p( l )age mais pas sur la grève !!!
 
Comment vous dire que déléguée aux seins 10 cas, je ne le pourrai jamais, je n'en ai que 2 !!!!
 
D'abord rien de très attrayant quand le syndicat ne courre pas les rues.....mais est ce plus jovial lorsqu'il a cours paR les rues ? à mon avis tout ...personnel (puis je ...l'employer ?!) il s'agit plus d'une mare à thons que d'un Marathon !!!
 
Même lors des "raies union".(où bien sur le syndicat met tout....à plat) avec les requins de la finance, ça reste une histoire de "poisse ont", il y a bien souvent anguille sous roche.....et "à mer t'hume" !!!
 
Le saint dit qu'à trop en vouloir, on obtient rien.....le syndicat lui demande le maximum pour gagner un minimum....en bref le résultat dépend toujours du...."pas trop na !!!"
 
Mais voilà que déjà mon côté syndic cale....aussi je vous laisse sur CETTE fin, sans plus de manifestation de ma part.!!!!
 

 

Tags : syndicat